Fable – Etre ou ne pas être un ananas

En me promenant sur le web, j’ai découvert le blog trèèès sympa d’Art-mella. Elle raconte des histoires, des choses qu’elle a apprises, sous forme de BD. Récemment, elle a entendu  un conte lors d’un stage de permacultureIl l’a tellement touché qu’elle a décidé de le retranscrire dans une BD, ici.

En la lisant, elle m’a également donné envie d’écrire une variante de ce conte, sous forme d’historiette. Que dire, à part que la permaculture inspire ! 😉

Et j’ai décidé de vous faire partager mon historiette, pour le fun ! Le sens de l’histoire n’est pas le même que celui de l’originale. N’hésitez pas à aller la lire sur son blog , à retranscrire vous aussi ce que vous inspire cette histoire, à partager et à laisser des commentaires ! Bonne lecture ! Ana

C’est compliqué d’être un ananas quand tu es une apple-vide.

Ou plutôt, une apple-3418652_1280.

Bien verte, pas mûre, pas assez sucrée encore.

Une couleur anisée sur le corps.

Tout l’inverse de l’pineapple-1455590_1280, coloré,

juteux à souhait,

muni d’une peau couleur d’or.

Une des solutions, semble-t-il, serait de s’évader vers les îles.

Il y aurait, là-bas, un « je-ne-sais-quoi » dans l’air sémillant, du Brésil

qui revigore,

toutes les pommes, paumées sur leurs sorts.

Là-bas, elles sont libres de ragaillardi faire vivre l’ananas ratatiné dans leurs pépins.

« Enfoui, soupira la verte croquante, là où il se sent bien…

Ce serait plus exquis

que de vêtir mon costume de Mariachi,

dont je m’accommode tous les jours

que je m’oblige à porter pour la Cour,

pour satisfaire, en vain,

quelques viles commandes de raisins.

Partir d’ici serait l’échappatoire,

à cette vie sans miroir.

A moins que je ne reste ici,

à combattre sous la pluie,

Pour l’honneur, la liberté d’esprit,

et les quelques deniers qui me sont dus pour travaux rendus aussi.

Rester pour faire valoir ses valeurs,

Pour agir contre ces voleurs,

Et surtout, au vu du nombre de papillons,

qui sortent de mon tronc.

Car sans deniers dans le trognon,

je ne peux que fantasmer cette évasion.

Alors, autant que je reste ici chez moi,

à attendre que la pluie se tarisse,

à aiguiser mon épée anis,

pour qu’un jour enfin, avec émoi,

je me défasse enfin

de ce clinquant Mariachi hautain;

Pour exposer ma peau suave au caressant soleil

Et rougir tant de plaisir,

Que tout touriste sur mes terres, ananas ou pas,

Mon pourpre, admirera.

Hop, au soleil ! Quitte à brûler mes pépins.

C’est le prix à payer pour ce bien.

Au moins, si j’en arrive là,

Les chalands en resteraient cois.

Mais avant cela, peut-être serait-il amusant

de jouer à la banane,

tel un brillant âne,

Voir si ce serait plaisant…

Ou bien me farder en soja,

pour danser à Brasilia la samba .

Si l’exercice me plaît,

alors, j’investirais,

dans un nouveau costume en carton bien fait,

bien seyant, enveloppant ma faillibilité.

Je garderai alors ma peau verte encore quelques temps,

Mieux vaut être jade que cramoisie,

qui succède au rouge, m’a-t-on-dit.

Ananas, je ne veux plus être. Bon vent !

J’ai le choix de tout

Et de ce tout, je n’en fais rien

Car je ne sais pas tout

Si ce n’est qu’en choisissant, il pourrait ne me rester rien. »

Cet article t’a fait réagir ? Tu as testé ce qu’il y a dans l’article et tu veux raconter ton expérience ?

N’hésite pas à le commenter et à le partager !

signature

Publicités

3 réflexions sur “Fable – Etre ou ne pas être un ananas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s